Trois cas d'entreprises artisanales 
choisis aux antipodes du géant mondial qu'est devenu L'Oréal

 

Pompes à bière 

Première escale en Région Picardie, où une entreprise artisanale fabricant des pompes à bière eut l'audace,  dès 1989, de chercher à exporter. Très sagement conseillés par la CCI, Monsieur et Madame Marcel Lenne décidèrent de tenter d'abord l'aventure dans des pays fortement consommateurs de bière à la pression - bien sûr - mais aussi francophones pour y faciliter les contacts.

C'est ainsi que Sylvain Martel, un dynamique étudiant du Lycée Edouard Gant d' Amiens, en BTS commerce international, fut chargé de sa première mission professionnelle au Canada.


Madame Lenne et Sylvain Martel, encadrés par
Charles Baur, Président du Conseil Régional de Picardie
(à gauche) et par Alain-Eric Giordan (à droite)

Là, il réussit fort bien à valoriser la qualité des produits de GL Usinage, qui propose des petites séries de pompes  dont deux exemplaires sont 
visibles sur la photo ci-contre (un duo en alliage de cuivre, et même un sextuple en porcelaine au premier plan) qui illustrent la capacité de ces artisans à s'adapter aux demandes les plus diverses.

Mission réussie, donc, et GL Usinage parvint ainsi à exporter vers le Canada, puis vers la Belgique ...

Contact réussi, davantage encore, entre l'étudiant et l'entreprise !  
En effet, Sylvain Martel a finalement été recruté  par GL Usinage. Adaptation réussie également dans sa petite équipe, puisqu'il en est devenu le directeur commercial.

Petit regret, cependant, de Madame Lenne :" Nous avons tellement à "brasser" d'affaires sur le marché français de pompes à bière, que nos exportations restent encore limitées."  Une croissance globale qui se traduit d'ailleurs dans la progression  particulièrement notable des effectifs, pour une entreprise artisanale passés de 15 à 20 salariés dans cette période. 

 

Caves à cigares

En Poitou-Charentes, Thierry Drevelle, ébéniste à Cognac et grand amateur de cigares, a trouvé le moyen de concilier deux de ses passions en se spécialisant dans la création de caves à cigares de luxe qui constituent 75% de la production qu'il  réalise avec ses quatre compagnons.

Quant à l'export, c'est par sa capacité à adapter la technique du "portage" qu'il y parvint en s'adressant à des entreprises spécialisées dans des produits haut de gamme si complémentaires qu'elles lui achètent ses caves à cigares  pour compléter leur offre, en France comme à l'étranger.

Cognac, à l'évidence (Hennessy, Ragnaud Sabourin ...), Bordeaux (Baron Philippe  de Rothschild ...) et même jusqu'à d'autres spécialités gastronomiques nationales, comme la Maison du Chocolat.

Une initiative intéressante, donc, que cette stratégie de recherche de synergies inter-entreprises trop peu exploitées  par nombre de dirigeants qui devraient plus souvent s'interroger sur les partenaires potentiels, aux produits ou services  complémentaires, et visant la même cible de clientèle, qu'ils pourraient utilement contacter. 

A noter que ce cas a été trouvé dans un récent livre de Thierry Mantoux  "Les Arts manuels de Poitou-Charentes", préfacé par Jean-Pierre Raffarin, alors Président de la Région,où l'on trouve d'autres exemples, avec une grande variété d'activités qu'il est  passionnant de (re)découvrir (Cherche-Midi Editeur). 

Baguettes de percussion

Autre exemple, dans une structure plus petite encore, avec cette courageuse femme artisan picarde, spécialisée  dans la fabrication en solitaire de baguettes de percussion

Elle a envoyé en mission, plusieurs années successives,  une petite équipe d'étudiants en 2ème année de BTS commerce international pour la représenter au salon mondial de la musique, en Allemagne, et a pu exporter ainsi - grâce à leurs contacts - auprès de nombreux percussionnistes aux quatre coins de la planète.

Avec ces ventes de quelques centaines de KF., elle peut envisager d'employer et de former un(e) salariée pour développer ses capacités de productionvoire de recourir un jour (sous une forme adaptée à ses capacités de financement, comme le temps partagé) à un(e) responsable export ...

Avec de la volonté et un minimum de moyens humains, tous les espoirs sont donc permis 
- même à des artisans solitaires - de se transformer en TPE, et de devenir ensuite de florissantes PME, 
voire plus, grâce à l'export ...

Pour mémoire, Gaston Lenôtre n'a t'il pas commencé la savoureuse carrière mondiale qu'on lui connaît depuis sa pâtisserie parisienne, rue d'Auteuil ?!

Page précédente