AAVS, l'architecte du numérique de Seine-Saint-Denis

Réalisateur de systèmes ainsi que concepteur ingénieriste de radio et de télévision
AAVS a démarré son activité, voici 20 ans en France.  

Puis, en 1987, AAVS commença à enregistrer 
des succès à l’export, et c’est son PDG,
Jean-Jacques Gentric, qui en fut l’initiateur
"Je me suis jeté à l’eau, sans trop de complexes, 
en baragouinant l’anglais"  comme il le rappelle 
en plaisantant à peine ...  

Encouragé par ses résultats, en 1993,
Jean-Jacques Gentric recruta un premier cadre
export
, avec une aide du Conseil Général, 
accélérant encore sa progression internationale.  

Très vite alors, avec 150 TV et 100 radios étrangères clientes, l’expansion de AAVS devint mondiale
elle atteint en 1998 un CA consolidé de 200 MF, dont 70% à l’export  ... avec 150 personnes dont 20 basées
dans ses filiales et bureaux à l’étranger ...  et l’on peut donc dire que l’export a créé une centaine d’emplois
avec 50 
autres emplois  chez ses sous-traitants.  

Parmi les nombreuses raisons qui expliquent ce succès, depuis la compétence technique jusqu’au savoir-faire 
en financements , Jean-Jacques Gentric souligne justement qu’il a fait de AAVS une équipe internationale :
" Depuis 1994-95, nous avons souvent aussi recruté des candidats d’origine étrangère, si bien que  
maintenant nous maîtrisons 20 langues en interne. Vous imaginerez facilement l’avantage que cela nous 
donne pour traiter les appels d’offres du monde entier , et aussi pour en assurer la présentation, 
en business to business
sans connaître les difficultés habituelles liées aux différences culturelles ".  

Avec la réduction drastique de la durée de vie des équipements (de sept à deux ou trois ans), 
AAVS poursuit l'externalisation de sa production , et se concentre sur ses deux coeurs de métier :  
ingénierie et projets "turn-key". Cette stratégie lui a permis d'internationaliser davantage encore son activité
en réalisant près de 85% de son C.A. 1999/2000 à l'étranger.

Page précédente