retour Thèmes tables rondes
>> Investir en "intelligence économique" ...  un luxe ou un impératif pour l'entreprise ?
Animation par une équipe d' Anciens du CECE ( Centre d' Études du Commerce Extérieur ), 
MBA de 3ème cycle du Groupe ESC - CCI Marseille-Provence : 
> François BOIROT 
Gérant de Exocet, éditeur et consultant en nouvelles technologies de l'édition sur bases XML
> Lorenzo CORNUAULT 
Directeur du Marketing et de la Communication du CFME ACTIM 
> Christian PAYS
Président-Directeur Général de Malhia Kent ( tissus haute-couture, décoration ... )
Conseiller du Commerce Extérieur de la France
> Michel QUEVREUX
Formateur de gestion internationale à l' AFPA ( Association pour la Formation Professionnelle des Adultes )
> François RAYMOND
Directeur Associé de C & D International Dynamix 
( développement économique régional et reconversion de sites) 
Président de Van Lathem Inc – Charlotte (NC) USA – 
( passementerie d'ameublement industriel )
Synthèse : ( NB : l'approche proposée pour ce sujet est volontairement adaptée aux PME-PMI )
L’intelligence économique consiste surtout en la recherche 
de renseignement à caractère économique, le terme intelligence 
étant pris dans le sens anglo-saxon, comme dans « intelligence service ». 

Ce n’est d'ailleurs pas un concept nouveau. Les commerçants en font 
depuis la nuit des temps, en surveillant leur clientèle, pour la satisfaire
durablement d’une manière rentable, en observant les clients de 
la concurrence et en essayant de les attirer.

Aujourd'hui, la plupart des entreprises assurent certaines formes de veille 
sur leurs marchés, mais sans avoir systématisé cette démarche devenue
indispensable, dans le contexte actuel de "guerre économique mondiale". D'ailleurs, quand on demande à un patron de PME quels sont ses
principaux concurrents, il cite des entreprises régionales,
voire nationales ; rarement le nom d'entreprises internationales.

Plus qu'une veille, c'est donc bien une recherche active, continue et
globale qu'il leur faut pratiquer sur chacun des axes vitaux pour
leur devenir, en particulier, concurrence, marketing produit et clientèle,
réglementations ( législation, normes, brevets ) …
Christian PAYS
Mais, sous l'effet de la mondialisation et de l'explosion des technologies de l'information et de
la communication, en particulier de l'internet, nous sommes tous confrontés à une information surabondante.
Une masse d'information qu'il y a lieu de vérifier, d'analyser, de traiter, et d'exploiter pour renforcer
la compétitivité de l'entreprise en permanence.

En effet, on peut rappeler quelques outils de l'intelligence économique : les périodiques, les thèses et travaux,
les brevets, les bases de données, les congrès, colloques et foires, les rapports annuels et bien sûr internet …
et tout cela, évidemment, au plan international …

Ces multiples outils et sources impliquent, au sein des PME, la participation de chacun des salariés
qui peuvent agir pour capter l' information.

Les Groupes disposent d'un service et de coordinateurs "Intelligence économique et stratégique",
ou au moins de "veille technologique". A ce niveau, l'intelligence économique stratégique facilite la lutte
contre la désinformation, les rumeurs, et même la prévention contre toute détérioration de l'image.
Elle permet aussi les actions de lobbying, toujours par anticipation…

Alors, que peut envisager de faire une PME dans ce domaine,  qui soit efficace, à un coût raisonnable ?

Ci-après, quelques suggestions :

>    D'abord ne pas rester "isolé" : Intégrer un groupement d'entreprises, par exemple d'un secteur
      complémentaire pour le montage d'actions communes, tant en France qu'à l'international :
      déplacements à l'occasion de salons, stand commun à coût réduit, opérations de relations publiques,
      échanges d'information… Et pour cela, être actif au sein d'un syndicat professionnel,
      source et relais d'informations…

>    Constituer et mettre en place ses propres réseaux, sur certains marchés "sensibles",
       en y préparant spécialement ses partenaires locaux. Aussi en exploitant l'opportunité des VIE,
       nouvelle formule des CSNE (coopérants) à partir de septembre 2001. Outre un œil nouveau
       et enthousiaste, ce Jeune aura un challenge motivant à mener.

>      Utiliser les services des organismes publics ou para-publics.
     
Outre le CFCE, l'ACTIM, la DREE et les PEE… relais d'information précieux, mieux connaître et
      utiliser les chargés de mission défense économique, (CMDE), disponibles dans les régions depuis 1993.
      De même, l'ADIT, agence pour la diffusion de l'information technologique et ses correspondants en régions  
      peuvent être efficacement mis à contribution.

Alors, investir en intelligence économique… un luxe ou un impératif pour les PME ?
Cet investissement n'est pas un luxe, mais une obligation de survie.

Heureusement pour les PME, cet impératif reste à leur portée, avec la volonté de mettre en place
une organisation suffisamment déléguée, et un système de reporting très rapide dont l'interactivité
confortera aussi la motivation de chacun des acteurs.

Quelques sites utiles à consulter :

ANVAR, Agence nationale de la valorisation de la recherche : www.anvar.fr

CFCE, Centre français du commerce extérieur : www.cfce.fr

INPI, Institut national de la propriété industrielle : www.inpi.fr

AFDIE, Association française pour le développement de l'intelligence économique : www.afdie.com

ADIT, Agence pour la diffusion de l'information technologique : www.adit.fr